PARTAGER

Artiste-auteur-compositeur, membre du groupe mythique Movaizhaleine, le rappeur Lord Ekomy Ndong a tenu à partager avec la rédaction de Gabon Célébrités la sortie de son 3e album intitulé « La théorie des cordes », un projet hip hop novateur de 20 titres et qui a la particularité d’être entièrement instrumental.

GABON CELEBRITES : Bonjour Lord Ekomy Ndong, merci d’avoir choisi notre média pour parler de ton actualité. Comment tu vas ?

Lord Ekomy Ndong : Toujours en forme. Plus inspiré que jamais.

 

GABON CELEBRITES : Six ans après IBOGAINE, tu prépares actuellement la sortie de ton nouvel album, peux-tu nous en dire davantage sur ce projet ?

Lord Ekomy Ndong : Je me baladais au bord de mon imagination lorsqu’un son de harpe s’est mis à retentir au plus profond de mon oreille interne. Intrigué, j’ai marché, nagé, couru et même volé pour savoir d’où il provenait. C’est toute une épopée qui s’est écrite au gré de ma marche. Ce voyage silencieux mais riche en son, je l’ai retranscrit dans un recueil un peu spécial. Je l’ai appelé « la Théorie des Cordes » parce qu’il raconte le début, la fin, la lutte et la gloire en remplaçant mes cordes vocales par celle de ma grande harpe blanche . Pour cela  j’ai appelé à la rescousse  les meilleurs harpistes pour qu’il m’aident à laisser parler mon instrument à ma place.

 

Cover du 3e album de Lord Ekomy Ndong "La théorie des cordes".
Cover du 3e album de Lord Ekomy Ndong « La théorie des cordes ».

GABON CELEBRITES : En quoi ce nouvel album sera-t-il différent du précédent ?

LORD EKOMY NDONG : Je suis totalement muet dans cet album. C’est le ‘‘Ngoma’’, la harpe des seigneurs de la forêt qui « parle » avec ses 8 cordes vocales à elle. C’est donc un recueil « Harpstrumental », c’est la musique classique de la forêt des abeilles.

 

GABON CELEBRITES : Justement pourquoi spécialement ce choix d’être muet dans cet album ?

LORD EKOMY NDONG : Oui. C’est un album où je me tais. C’est un récital ou ma voix est remplacée par une rhapsodie de l’instrument sacré de mon village. Le tout traduit en langage hip hop bien sûr.

GABON CELEBRITES : Mâat Seigneur Lion a ouvert le bal en sortant le sien au mois d’octobre dernier, et toi tu le suis juste après, était-ce un besoin que chacun s’exprime et ressorte ce qu’il au fond de lui ou simplement une stratégie marketing pour mieux vendre  l’image du groupe ?

LORD EKOMY NDONG : Je ne parle pas de marketing ici.  Chaque album est porteur d’une vision d’un message précis. Par exemple, l’album de Maāt chante le combat de l’Afrique pour sa propre survie en s’appuyant sur les valeurs propres. « La théorie des cordes » ramène un propos plus aérien. Dans ma culture, le Ngoma (harpe) chante la naissance, la mort, la résurrection et ainsi de suite. La harpe chante et célèbre la vie. Dans notre culture, le monde a pris vie dès le moment où les cordes de la harpe ont vibré.

GABON CÉLÉBRITÉS : Un clip vidéo est disponible depuis le 09 avril. Quel est le message que tu passes dans cette vidéo ?                       

 LORD EKOMY NDONG : Je laisse chacun « écouter » ce que les images lui suggéreront. J’ai volontairement composé cet album en maniant sur les mélodies et les couleurs justement pour laisser l’esprit de chacun voir le message qui lui parle.

 ekomy ndong 2

GABON CELEBRITES : La majorité de vos visuels sont fait par Kizo Yocko, pourquoi lui et quels sont les liens qu’il partage avec Movaizhaleine ?

LORD EKOMY NDONG : La majorité ? Non, pas encore. Mais d’ores et déjà, mes 3 dernières vidéos ont été réalisées avec Kizo. Je me suis fait le pari de contribuer à écrire son nom dans l’actualité de la vidéo au Gabon au travers du travail que l’on abat ensemble. Parce que c’est un jeune frère volontaire, passionné et talentueux. Son travail mérite d’être encouragé et reconnu.

 

GABON CELEBRITES : Le contexte économique et social du Gabon en particulier demeure ton cheval de bataille depuis de nombreuses années avec ton compère Mâat SEIGNEUR Lion,  qu’est-ce qui te permet de toujours resté motiver dans la cause que tu défends  jusqu’à aujourd’hui ?

LORD EKOMY NDONG : Lorsque la maison est en feu, il est normal que nous restions motivés dans nos efforts pour combattre jusqu’à la dernière flamme de l’incendie avec les moyens qui sont les nôtres. Notre musique, notre influence font justement partie de nos moyens.

GABON CELEBRITES: Merci  Lord Ekomy Ndong pour cette interview.

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE