Le 3 juin, le comité d’organisation du festival Écrans Noirs a dévoilé la sélection officielle de sa 22ème édition qui se déroulera au Cameroun du 13 au 20 juillet 2018. Deux productions gabonaises sont en lice.

 

Cette année, 70 films seront en compétition dans la dizaine de catégories que compte le festival. Plusieurs pays seront représentés dont le Cameroun (17 œuvres), la République Démocratique du Congo, l’Afrique du Sud, l’Algérie, l’Allemagne, la Belgique, le Portugal ou encore le Gabon.

Deux œuvres gabonaises ont eu les faveurs des organisateurs cette année :

  • Boxing Libreville d’Amédée Pacôme Nkoulou dans la catégorie « Documentaires Afrique centrale ».

Synopsis : Gabon, Libreville 2016. Christ, un jeune boxeur s’entraîne sans relâche le jour, et veille la nuit les portes des discothèques pour survivre, tant bien que mal. Au même moment, un autre combat se joue, ou se rejoue, celui des élections présidentielles. Comme cela a eu lieu dans d’autres pays d’Afrique, et du Monde, cette fois-là, y a t-il l’espoir d’une transition démocratique ?

  • Matris de Fernand Lepoko dans la catégorie « Longs métrages Afrique centrale ».

Synopsis : Elvire, à qui une stérilité secondaire vient d’être diagnostiquée, développe l’obsession de donner naissance à une fille. Son désir de donner la vie à tout prix va alors croiser sur son chemin les travers d’un mari adepte d’une secte diabolique.

En dehors de la projection des films, les festivaliers auront droit à des séances de formation et à des conférences-débats prévues dans les deux sites du festival : Yaoundé, la capitale, et Douala, la métropole économique.

À propos du festival Écrans Noirs :

Fondé en 1997 par l’association Ecrans Noirs, le Festival Écrans Noirs a pour but de promouvoir et valoriser les cinémas d’Afrique et du Monde Noir. Devenu en 2008 un festival compétitif mettant en exergue de nombreux prix et talents; il est un des rendez-vous annuels incontournables du 7ème art en Afrique centrale.

C’est également l’occasion pour les amateurs et professionnels du 7ème art de renouer avec le film, rencontrer des acteurs et réalisateurs vedettes du continent et s’enrichir de toutes les activités annexes développées en dehors des salles de projection (ateliers de formation, rencontres professionnelles et autres activités culturelles).

Facebook Comments