Lecture en cours
[Chronique] Makek’s Life – Sable blanc et mer bleu turquoise. Pourquoi on n’a pas ça chez nous ?

[Chronique] Makek’s Life – Sable blanc et mer bleu turquoise. Pourquoi on n’a pas ça chez nous ?

Mboloani tout le monde !

Je pense que vous avez fait le même constat que moi ; chaque week-end à condition qu’il fasse beau, les gabonais se ruent à la plage.

Peu importe l’endroit, front de Mer du Lycée Léon MBA, Cap Estérias ou Santa Clara; pour ceux qui le peuvent, c’est direction la Pointe Denis. À l’intérieur du pays, du Cap Lopez à Mayumba (je ne connais pas le nom du quartier), les populations vont chiller sur le sable fin et piquer une tête dans les eaux bleues de l’océan atlantique.

Ce que je trouve normal, vu les problèmes et le stress de la semaine c’est important d’évacuer toutes ses tensions pendant le week-end. Ainsi en famille ou entre amis, on s’organise ; on loue un bungalow ou directement sur la plage, on prépare de quoi faire un barbecue.

Évidemment pour se mettre dans le mood on accompagne le tout de boissons alcoolisées. Jusque-là je n’ai vraiment pas de souci étant donné que je fais pareil quand l’occasion se présente.

Si j’ai décidé de vous parler de plage aujourd’hui c’est parce que dans certains pays, le tourisme est une vraie industrie qui brasse des centaines de millions de dollars notamment les stations balnéaires. Il n’y a qu’à voir les mythiques plages de Copa Cabana au Brésil, Venice Beach à Los Angeles ou même là tout près de chez nous, celles de l’Île Maurice et de Sao-Tomé.

Que ce soit du tourisme de masse ou exclusif, les plages sont entretenues parce que justement personne ne voudrait se baigner dans une eau trouble bondée de déchets. Ou bien ? C’est en effet grâce à la beauté de ces bouts de terres que des personnes gagnent leurs vies en proposant différents commerces le long de la plage.

Ils sont restaurateur, hôtelier, tenancier de bar, vendeur de glaces ambulants, etc. Par conséquent, avoir une plage propre qui donne envie de « faire bronzette » est une plage qui attire des clients qui consommeront sur place. Pour pousser le bouchon encore plus loin, certaines plages comme au Sénégal sont payantes justement pour éviter principalement l’insalubrité.

20170417_165350

Chez nous au Gabon, nous avons encore la chance d’avoir de grandes plages appartenant au domaine public. C’est-à-dire qu’elles n’appartiennent à personne sauf à tout le monde 🙂 . Et je pense sincèrement que c’est une aubaine et un énorme privilège de ne devoir rien à personne pour profiter de nos belles côtes.

Là où le bât blesse, c’est quand nous finissons de chiller au calme avec la famille et les amis et que nous décidons de laisser sur la plage ou encore pire de jeter les déchets dans la mer ! Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

J’ai passé une demi-journée à la plage la semaine dernière et j’ai été outrée par une scène. Un homme blanc, désolée de la précision mais je pense qu’elle a sans doute son importance. Cet homme a nagé jusqu’au large pour ramener sur la plage un réfrigérateur. Sérieusement ?!! Ça ne vous choque pas ? A défaut, ça ne vous surprend pas ? Qu’est-ce qu’un réfrigérateur rouillé en plus fait dans l’océan ? Je veux dire à un moment donné le tri, ce n’est pas uniquement un truc de blanc, pour embêter les populations.

Je ne veux pas être plus longue, juste vous dire qu’à un moment donné, si on veut que nos plages soient belles comme celles que l’on voit dans les WAGS Miami… ben faisons ensemble un petit effort. Notre pays est magnifique et faire le tri et préserver notre environnement, c’est également ça le Lifestyle !

La main sur le cœur, Mâkëk.

 

Logo Makek

Commentaires Facebook

Copyright (c) 2013 - 2019 Powered by Hevron Roger

Défiler vers le haut
error: Contenu protégé