PARTAGER

En ce début de mois de Mai, s’est tenu au Mayena Klub le lancement de l’univers d’Eurydice. Un concept novateur mené par Emma Bisseck en collaboration avec les associations Rondement belle et Ronde et Jolie destinées aux femmes aux formes généreuses.

Désireux de casser les codes des standards internationaux de l’industrie de la mode qui voudraient que la femme parfaite fasse du 36, l’univers d’Eurydice encourage au contraire les femmes fortes à s’aimer pour ainsi assumer fièrement leurs voluptueuses courbes (à partir du 46).

Eurydice-Mayena-KlubEurydice-Mayena-Klub

Cet événement convivial et « généreux » a servi de plateforme d’exposition pour des stylistes gabonaises telles que Dona Pen Design, Fabienne Greco ou Fat Wear qui ont présenté leurs créations riches en pagnes et en couleurs pour femmes rondes.

Il a également permis aux femmes de l’assistance de pouvoir échanger et recueillir les avis de professionnels de la beauté, hygiène et santé qui leur ont communiqué des pistes et des solutions simples et réalistes pour assumer, valoriser et entretenir leur corps.

En ce qui me concerne, j’ai vraiment adoré cet événement! Pas uniquement à cause du Cosmo ou du brunch (lol). Mais surtout parce qu’il s’agit en réalité d’un problème d’estime de soi.

A partir du moment où tu as décidé que tu es bien dans ta peau. Que tu te sens belle. Que tu es en bonne santé (physique et morale). Et que tu es heureuse. Où est le problème de quelqu’un là-dedans ? Franchement ?!

18341801_1886817708233804_9033167167017446642_n Lauriane Ekondo-Eurydice-Mayena-Klub (6)

Alors j’ai tout simplement envie de dire que l’Univers d’Eurydice est une très belle initiative surtout quand nous savons que les africaines sont reconnues comme étant de vraies « bonnasses »! Pour rester politiquement correct on dira des femmes rondes.

Lauriane Ekondo-Eurydice-Mayena-Klub (7) Lauriane Ekondo-Eurydice-Mayena-Klub (4) Lauriane Ekondo-Eurydice-Mayena-Klub (5)

De plus, l’ensemble de cet univers se déclinera tout au long de cette année jusqu’en 2018 au travers événements qui, je l’espère, seront encore plus valorisants pour la femme quel qu’elle soit d’une part et d’autre part pour notre chère culture gabonaise.

La main sur le cœur, Mäkêk.

Logo Makek

Crédits photos: Makek’s Life & Page Facebook Eurydice

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE